abhas.net
 

Jean Daoud | LAB.DATE | Bayna Ana Wa Ana Hya | Verbe et revolution | Mouakoun | Congrès de Beyrouth pour le théâtre | contact us| Home | جان ج. داود | بين أنا وأنا هي | معاقون  | احتفال رقمه مُمَثِّل | مؤتمر بيروت للمسرح   | الضبع الديمقراطي   | الهذيان في جسد امرأة كلمات  | تواصل  | أصداء تبحث عن وطن  | مختبر الدراماتورجيا التمثيل والنصوص: ورش عمل  | إستشارات  في مجال الفنون | الصفحة الرئيسية

 

 
 
Un nouveau Credo
 
     
 
(Dr. Hoda Rizk Hanna)
 
 

 

"على عتبة درج الغيم أتعـلـَّـم الصلاة ".

Dans un département de lettres l’enseignement n’est pas un métier, la recherche est un plaisir, une seconde nature, l’enseignant s’improvise éducateur, l’étudiant intègre la culture au savoir, le culte de la beauté et l’apprentissage de la bonté couronnent l’acquisition des compétences.

La réalisation de cette table ronde, de ce partage bilingue d’idées de vélléités et de rêves a été possible parce que nous concevons un département de littérature comme un creuset. Chacun à son échelle, chacun en son domaine, chacun selon ses compétences y investirait le meilleur de lui-même.

La formation des étudiants y serait polyvalente les enseignants ne stimuleraient point seulement leurs compétences d’analyse, de recherche, et d'expression, mais ils ancreraient dans leurs esprits le sentiment d’appartenance au pays des vraies valeurs; la foi en l’homme, le respect de la vie, la protection des cadres de vie, l’intégration des marginaux et le culte des arts. Ces valeurs y seraient le critère de la citoyenneté et le fondement de la culture.

L’écriture de notre collègue Jean Daoud est animée par cet esprit, la joie réelle de la rencontre et du don de soi, la disponibilité, l’écoute fervente d’autrui et du monde face à la conscience amère des limites et aux tentacules imminentes de la résignation et de l’absurde. Et malgré l’épuisement, contre les forteresses de la médiocrité, de l’intérêt et du mensonge, la détermination de l’insurgé, la foi du voyant en une réalisation possible de l’utopie.

Devant le texte “"الصلاة آخر وإلا    aux pages 191 - 192 du recueil “الهذيان في جسد امرأة كلمات ”.  Je me suis arrêtée longuement.

J’y ai trouvé, exorcisée, une longue souffrance reconnue et partagée avec l’auteur.
Tous ceux qui ont vécu la guerre libanaise reconnaîtront leurs blessures; la dégradation des valeurs, la poigne du mercantilisme, la griffe aveugle du fanatisme, la rupture absurde des liens entre les hommes, les stigmates de la terre et de la chair. Mais de ces blessures, Jean Daoud a fait une prière.

Il a réfléchi, médité sa souffrance et forgé un credo lucide et vibrant, le credo du citoyen qui refuse de baisser les bras.

الصّـلاة, La prière c’est la reconnaissance de nos limites, de nos manques, c’est aussi la reconnaissance d’un être à la fois tout puissant et aimant susceptible de répondre à nos vœux, à nos aspirations, à nos désirs secrets.

La prière c’est également la foi en la magie de notre parole, en son pouvoir de réaliser concrètement ce qui demeure encore velléités, rêves, désirs.

Ce texte qui réfléchit le concept de prière dans son rapport avec le vécu individuel et social fait partie d’un recueil de textes dédiés à la femme aimée. Cette insertion s’explique peut-être par le fait qu’un poême d’amour recèle comme la prière: humilité, reconnaissance, vigilance et magie créative.

الصلاة آخر والاّ , Comporte plusieurs procédés discursifs, c’est tantôt des injonctions, tantôt des affirmations, le plus souvent des interrogations et en fin de parcours des conditions posées entraînant, en cas de réalisation, des conséquences imminentes et graves. Cette tonalité riche et multiple anime le discours, canalise l’émotion, souligne la profonde conviction de l’énonciateur et accentue l’impact du message sur le destinataire.
Commençons par les trois injonctions

" علـّـمْـني الصلاة
قُــلْ: ماهيّة الصلاة
] ... [
قـلْ إنسانٌ هي "

Ces injonctions représentent une exhortation au dire en vue d’une exhortation au faire. Elles semblent adressées par l’énonciateur à un maître plus initié que lui aux mystères de la prière. Pourtant les affirmations, objets de sa conviction sont présentées comme le fruit d’une longue méditation sur la prière et tentent d’explorer exhaustivement la nature et la fonction de ce mouvement de l’âme vers Dieu, dans le comportement humain.

»ماهية الصلاة«

est ainsi répété quatre fois dans une tentative de définition globale et synthétique.

ماهية الصلاة دموع، فرح، هتاف، صمت ] ... [
ماهية الصلاة لـقـاء الذات
ماهية الصلاة حب، قهر لحقد، قبول لآخر
] ... [
اللّه إلهي في ذاتي سلامٌ، صفاءٌ، حتى الكيـنونة صلاة

Dans la première définition la prière implique une émotion vive (دموع فرح )  et une quête fébrile de communication  (هـتـاف، صمت )  avec autrui avec en l’occurrence un autrui omniscient et omnipotent. La deuxième affirmation  (الصلاة لقاء الذات)    désigne la rencontre des différents mois qui se partagent mon moi. La prière serait l’occasion d’une entrevue vigilante que j’aurais avec mon moi le plus vulnérable, celui qui pense mal, qui agit mal, qui comprend mal et qui se fait mal comprendre. La prière serait cette acceptation active des mois les moins avantageux en moi, c’est le fait de composer avec eux comme avec mon corps pour canaliser leurs énergies sans les vaincre et sans les ignorer.

الصلاة ثـقة، ] ... [ التحـام بذات، تماسك مرن
تواصل بـين أنـا وأنـا لا رأب فيها
الصلاة جسد، روح ثم حوار

Ces certitudes se trouvent corroborées par trois interrogations:

أكائـنـة هي حياة لا شرّ فيها
أليس الشرّ فـقـدان الرجاء
أكائـنـة هي بدون جسد

Le mal résiderait essentiellement dans les résignations, les capitulations et la torpeur. Le mal c’est mon reconcement à un idéal que j’aurai conçu et tenté d’assumer. La prière en revanche relève de mon aspiration active à cet idéal tout en acceptant de demeurer souvent en deça des exigences de cet idéal. La prière est dans la rencontre mais aussi dans la construction, dans la gestation du moi.
Autre rencontre inhérente à la prière, celle de l’autre, d’un prochain qui n'est point si proche, qui n’est point pareil, qui est souvent contraire et qu'on devrait appeler “mon lointain”.

ماهية الصلاة حب، قهرٌ لحـقـد، قبول لآخر

A ce credo correspondent plusieurs interrogations qui éclairent différemment cette importance de l’autre dans la foi vécue:

من قال أنّ الشرّ آخر
من قال أنّ الشرّ مخـيّـلة آخر
أكائـنـة الصلاة إن لا آخر هنا
أكائن أنـا إن لا آخر هنا

Cette étape de la réflexion sur la prière fonde une éthique de mon rapport à l’autre. La prière serait un appel à la reconnaissance absolue et sans condition de l’autre, dans sa différence. Tolérance, ouverture dépassement des haines, amour. La prière devient ce parcours que j’accomplis dans la voie vers l’autre. Quelles que soient sa couleur sa mentalité, son idéologie, son appartenance sociale ou ethnique, qu’il se trouve en marge ou dans les normes des conventions, l’autre est objet de mon respect voire de ma confiance du seul fait qu’il est homme.

الصلاة ثـقـة. قـلْ انسانٌ هي

Si je suis croyant, mon prochain le plus lointain, devient objet de ma foi et de ma confiance. L’autre devient cette matière malléable que je puis façonner en l’accceptant d’abord et en cherchant à le comprendre ensuite. Je puis à titre d’exemple l’aider à exorciser la grisaille et la médiocrité qui l'habitent. Il peut désigner mes torts, constater mes fourvoiements. L’autre, posé d’emblée comme objet de confiance et de foi, justifie tout élan créateur et toute lutte pour le progrès.

Il ne peut y avoir prière donc transcendance, sans cette vision transcendante de l’autre, sans un profond respect de sa différence, sans une profonde compassion pour sa souffrance, pour son ignorance.
La prière n’est pas seulement croire en l’autre mais aussi faire pour l’autre, créer en vue de l’aider à mieux être et à mieux faire:

الحياة هي الآخر، الخلق كائـن من أجل آخر
الصلاة هي الآخر

S’il n’y avait point cet autre quelle serait l’utilité de mon savoir de mon  labeur,  de  ma  pensée,  de   ma  création?  Quelle  valeur  aurait ma relation à autrui sans cet effort de comprendre pour pardonner, de connaître pour aimer, d’apprendre davantage pour créer ensemble un monde plus humain.

أكائـنـة الصلاة إن لا آخر هنا
أكائـنـة هي إن لا آخر فيك

Croire c'est porter au fond de soi la cause de tous les humains.

« الصلاة آخر والا أنا كافر »:

Toute prière, toute doctrine, toute foi qui insinue ou implique l’ignorance, l’exclusion, la suppression de l’autre est mensongère et indigne des humains. Elle induit les croyants en erreur puisqu’elle profane la créature et à travers elle le créateur. Tous les mépris d'autrui, fascismes, racisme, intégrisme, chauvinisme, fanatisme, machisme, segrégation, occultent la prière, trahissent la foi souillent et profanent le Sacré.

Jamais la dimension de l’autre ne doit disparaître de notre champ de vision sinon le culte se confondrait avec la profanation et la foi avec l’hérésie.

الصلاة آخر، روح آخر، عقل آخر، قلب آخر،
جسد آخر، لـقـاء آخر، قبول آخر.

Ce nouveau credo comporte également un chapelet de conditions posées sur un ton véhément et catégorique auxquelles répond une prise de position décisive et définitive. Le refus des religions et le renoncement à la prière si la religion se veut intégrisme et transforme la foi en croisade. Foi et prière seraient solidaires de liberté et de dignité, de respect de la vie sinon elles perdraient leur raison d’être.

ان كان اللهُ إله قـتـلة أنـا كافر
ان كان الله يحيا بالقـتـل، بدماء الحروب، أنـا كافر
اذا كان الله إله موت، سادي موت، أنـا كافر
اذا كان الله يـنمو بالعصبـية، أنـا كافر
اذا كان الله يـتـغـذّى بالنميمة، بالحـقـد، أنـا أكبر كافر.

Si la prière est rencontre avec soi, rencontre avec l’autre dans la reconnaissance mutuelle et l’action, elle est surtout rencontre avec le créateur, instigateur au souverain bien, fondement de l’être et source de renouvellement de l’être.

الصلاة هي ذاتُ الذات
فعل ايمان، اشارة يرسمها طفل بـيسرى
الله إلهي في ذاتي سلامٌ، صفاءٌ حتى الكيـنـونة صلاة
الله إلهي انسان فداء، لا أنـانـية، لا سماسرة

Et c’est la rencontre la plus difficile à réaliser. Car rencontrer l’instigateur de toute vie, de tout mouvement c’est s’efforccer aussi de comprendre l’autre aspect de la vie, la mort, le mal, la maladie, la vieillesse, le dépérissement, la violence destructrice.

“Meurs et deviens” écrivait Goethe; le Christ s’est imposé la terrible expérience de la mort, l’expérience de la douleur la plus vive. Comment comprendre face à la toute puissance, les teintes obscures de la toile, les fils noirs de la trame? Comment comprendre et accepter sans résignation?

La réponse serait peut-être dans cette infime participation de la créature à la création. Prendre part au devenir de l’histoire.

الله انسان فـداء

C’est dans la Rédemption, dans le pouvoir de chaque homme de sauver, d’aider un autre homme que réside la parcelle de divinité celée dans chacun. Cette étincelle divine, créatrice nous la percevons peut-être dans les moments de communication intense avec l’Etre et ses créatures, avec l’Etre et sa création.

Prier c’est égrener dans le recueillement ces moments priviligiés. La prière est dépassement, elle ne peut en aucun cas se confondre avec l’habitude, elle exclut l'égoïsme, la haine et surtout la médiocrité.

Comme la définit si bien une autre page de ce recueil, la prière est un labeur collectif, en vue d’une moisson future, d’une histoire nouvelle.

« حبة حـبّ، حبة انسان، حبة ايمان «

Prier c’est contribuer à la création, lancer le nouveau grain de ces immenses semailles.
A l’effondrement général des preuves et des preuves contraires l’auteur répond par “une salve d’avenir” la foi en l’homme et la bonté réinventée.

Dr. Hoda Rizk Hanna

 
     
   
 

Hoda Rizk Hanna

Docteur en Littérature comparée de l’Université de Paris, Dr. Hanna est également l’auteur de notes de recherche sur Michel Tournier, Zola et Malraux. Ses articles ont été publiés dans les Annales de lettres françaises de l’USJ, dans la revue Phares ou “منارات ” et dans les Feuilles Universitaires de l’Université Libanaise.
Quand il s’agit d’être le témoin vivant du dynamisme, du perfectionnisme, du dépassement de soi, Dr. Hoda est la référence incontestée. Spontanément, elle nous imprègne de sa vitalité, et dans son engagement, elle incite quiconque l’écoute à stimuler son ambition de découvrir; mais surtout, elle éveille le désir de s’impliquer activement dans la question humaine. Voilà d’ailleurs pourquoi ses réflexions, indiciblement humanistes, découvrent à nos yeux sa fervente foi en l’“être” et sollicitent nos profondes convictions à faire flamber ce sentiment d’appartenance à l’Humain.

 
  Carole Younan  
     
     
     
     
 
 
 
Copyright © 2007 - All rights reserved